21/08/2005

 

"La part de l'autre" de Eric-Emanuel Schmitt.
 
Que seraient l'Allemagne, l'humanité, le monde, les arts sans Hitler, ou plutôt si Hitler avait été reçu à l'école des Beaux-Arts de Vienne? Eric-Emmanuel Schmitt choisit de répondre à cette difficile question.

L'auteur choisit de faire vivre en parallèle Adolf et Hitler, l'artiste en devenir et le dictateur allemand. Il adopte la posture classique de l'auteur omniscient, et s'attache à décrire avant tout les âmes; les pages décrivant des lieux, comme Paris visité par le Führer, ne sont pas les plus réussies.

On goûtera le style de l'auteur, tantôt fluide, presque aisé quand il s'agit de raconter, tantôt très rythmé, quand il faut peindre la Première Guerre Mondiale et ses horreurs. Et sans doute aura-t-on l'étrange sentiment de trouver le jeune Adolf Hitler (le futur dictateur) presque sympathique, plus même que le futur peintre. Etrange - mais l'auteur l'a voulu ainsi, et l'affirme dans le "journal de bord" qui suit le roman dans l'édition de poche. Fattore Daniel.


09:53 Écrit par Romain | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci! Monsieur,
Un peu de farfouille m'a permis de retrouver votre reprise de mon commentaire sur "La Part de l'autre" d'Eric-Emmanuel Schmidt... J'espère que vous avez fait bonne lecture! J'ai trouvé cet ouvrage vraiment bon. Et votre reprise du commentaire m'honore.
Vous serait-il possible de glisser, quelque part sur votre blog, un lien vers mon site, s'il vous plaît? En voici l'adresse: http://www.fattore.com. D'avance, merci.
Meilleures salutations,
Daniel Fattore

Écrit par : Daniel Fattore | 30/12/2005

Les commentaires sont fermés.